Posts tagged ‘amida’

10 juillet 2015

Dieu d’Avraham, le dieu qu’Avraham a gardé comme partenaire

Nous nous tournons vers un Dieu unique qui est le dieu de tous. Mais il est aussi le dieu de chacun. Le midrach insiste sur cette spécificité, ce lien unique. Aujourd’hui, je vois cette insistance sous un angle un peu différent. L’éternel est dieu quoi qu’il arrive. Mais il n’est le dieu d’Avraham que si Avraham le souhaite. Il n’est le dieu de Sarah qu’à la condition que Sarah conserve et nourrisse cette relation malgré ses difficultés, etc…
En répétant le nom des patriarches, et pour certains d’entre nous celui des matriarches également, nous soulignons que d’autres avant nous ont gardé une alliance avec le dieu supérieur, le dieu créateur de toute vie.
Ils nous ouvrent ainsi la voie pour que dans le contexte spécifique de nos vies nous soyons inspirés vers une capacité de rester toujours en lien avec ce qu’il y a de plus vivant en nous-mêmes.
Voilà les pensées qui me traversaient alors que je faisais la Amida dans l’avion, en revenant d’Israël, il y a quelques heures de cela…

Étiquettes : , , , ,
17 juillet 2011

Vivants aujourd’hui

Le Gabaï Richon lors de la lecture de la Torah dit: « Il aidera et il protégera tous ceux qui se rattachent à lui et dites « amen », Tous, portez grandeur à notre Dieu et donnez votre respect à la torah. Que monte un/unetel/telle fis/fille de Untel et unetelle en tant que premier, béni est celui qui donne la torah à son peuple israël dans sa sainteté ». L’assemblée répond: « et vous, qui vous attachez à l’Éternel votre Dieu, vous êtes tous vivants auhjourd’hui. »
Que signifient ces mots: « vous êtes tous vivants aujourd’hui »? Quelle relation entre « être vivant » et « s’attacher à l’Eternel notre Dieu »? On voit qu’ici, être vivant n’est pas une notion physiologique. Nous sentons-nous vivants? Sommes-nous vivants à nous-mêmes? à nos proches? à un projet qui vaut la peine d’être construit?
L’expression « qui fait vivre les morts » revient souvent dans les textes de « prière » juive. L’idée de résurrection des mort est assez compliquée pour nous, obscure, douteuse. Celle de renaissance des vivants est par contre très proche de nous. Lorsqu’on dit « Tu es bénis toi qui fait revivre les morts », nous pouvons penser à ces fois où nous nous sentions perdus, où nous étions éloignés du sens de nos vies. Dans ces situations, comment retrouver le chemin de la vie?
Nous ne pouvons pas définir/décrire « Dieu ». Mais on peut décider que ce qui nous permet de renaître à nous-mêmes est de l’ordre du divin. C’est ce que fait cette belle « prière » en nous affirmant que ceux qui étudient la Torah, qui s’attache à l’étude du sens de la vie, sont vivant aujourd’hui. Elle nous rappelle également que nous sommes vivants, qu’il est temps d’en prendre/ reprendre conscience, et de donner à cette vérité éphémère toute sa puissance. Bonne journée à tous.